Le boom des sites de rencontres en 2018 : partie 2

Des moyens pour se protéger : l’un des arguments fréquents invoqués par ceux qui n’ont pas l’intention de rechercher quelqu’un par le biais d’Internet est le risque de tomber sur des hommes malsains, pervers, voire des « serials killers ». En raison de l’anonymat des pseudos utilisés et de la disponibilité des célibataires en quête de l’âme sœur, Internet serait leur terrain de chasse privilégié.


En réalité, depuis l’avènement des sites de rencontres et des « chats », on n’a pas vu le nombre de viols ou de meurtres commis sur des jeunes femmes innocentes. C’est un argument typique de gens qui ne connaissent pas Internet. Au contraire, les rencontres vie le Net sont beaucoup plus sûres que celles faites dans la vraie vie, notamment grâce aux modérateurs, qui surveillent ce qui se passe sur le site et surtout parce que, justement, on se méfie plus et on prend davantage de précautions dans ce domaine-là.


Dans la vraie comme sur le Net, personne n’est à l’abri de faire des mauvaises rencontres, mais il existe des moyens pour tenter de se protéger un peu. Concernant les rencontres via Internet, il convient par exemple d’utiliser un pseudo ne laissant pas apparaître son nom de famille, de ne transmettre aucune information personnelle avant de savoir à qui l’on a affaire et de donner ses premiers rendez-vous dans des lieux publics. L’anonymat fait peur sur Internet, car on y voit forcément un grand espace d’expression laissé aux mythomanes. Évidemment, les petits mensonges sur le physique sont très fréquents sur les sites de rencontres, mais rien ne vous empêche de demander systématiquement une photo et même plusieurs, pour vérifier. Rencontrer un mythomane professionnel est bien sûr possible, mais c’est un risque qui existe tout autant dans la vraie vie. Ce qui compte, finalement, c’est d’une part de bien savoir ce que l’on recherche et, d’autre part, de ne pas se précipiter et d’être très observateur, que ce soit dans la vie ou sur le Net. Mais l’avantage indéniable d’Internet dans nos grandes villes, où tant de personnes souffrent de solitude, c’est le désenclavement. La plupart du temps, nos rencontres se font à l’intérieur de notre petit cercle social, professionnel ou amical.


Avec Internet, c’est le monde entier qui s’offre virtuellement à nous. Et puis, c’est plus rigolo que dans la vie, parce que si on a un coup de cafard à deux du matin, on peut toujours trouver quelqu’un de connecté pour discuter...


Quelques questions sur les sites de rencontre

- Peut-on véritablement trouver l’âme sœur sur un site de rencontre ?

Oui, autant que dans la vraie vie. Il y a même plus de chance de la rencontrer parce qu’on a beaucoup plus de personnes sous la main et parce qu’on peut mieux cibler nos recherches. On peut vérifier certains critères de goût et de compatibilité dans les fiches un peu succinctes qu’on remplit sur les sites de rencontres. C’est une sorte de mise en relation qui permet de faire une première élimination, grâce à une foule de renseignements souvent longs à obtenir dans la vraie vie. Pour l’instant, les questions sont nombreuses peu nombreuses, mais de nouveaux outils vont bientôt apparaître sur tous les sites pour réaliser des questionnaires plus longs et plus fournis. On peut faire des tas de choses immédiates avec l’informatique, mais il faut aussi se poser les bonnes questions, par exemple, recherche-t-on de préférence quelqu’un de différent ou d’assez semblable à soi ?


- Peut-on devenir accro aux rencontres virtuelles ?

Les femmes reçoivent parfois beaucoup de courrier d'un coup et cela peut les aider à retrouver confiance en elles, en flattant un peu leur narcissisme. C'est plutôt positif, du moment qu'elles savent faire leur choix en éliminant au fur et à mesure. Certaines personnes passent trop de temps sur les sites de rencontres, mais cela correspond en général à des phases. Les vrais « addicts » sont assez rares. De toute façon, le passage du virtuel au réel est déterminant.


- Ce mode de rencontre est-il uniquement destiné aux timides ?

L'outil Internet peut aider les timides, mais Il est surtout destiné à tous les curieux qui y voient un plus par rapport au champ de possibilités des rencontres de la vie quotidienne. Les gens vont sur les sites de rencontres pour des raisons différentes selon leur âge : les 18/25 ans plutôt par timidité ou par curiosité, les 25/35 ans, parce qu'ils sont très actifs dans leur travail et qu'ils n'ont pas beaucoup le temps pour rechercher l'âme sœur et à partir de 40 ans, parce qu'ils ont fait le tour de leurs cercles d'amis et qu'ils veulent du renouveau. Internet est aussi le moyen de rencontre privilégié chez les seniors.

Agence matrimoniale et rencontre russe

Pour les hommes célibataires désireux de faire la rencontre d'une femme russe, le cqmi.fr peut les aider à faire la rencontre d'une belle femme russe ou ukrainienne en peu de temps.